Accès à Nikon Imaging Moyen-Orient et Afrique | Moyen-Orient et Afrique

Library of Inspiration

Comment photographier une éclipse lunaire

Éclipse lunaire totale du 28 octobre 2004, largement visible depuis les États-Unis. Image composite de photographies de la Lune prises au début (droite), au milieu (centre) et à la fin (gauche) de l'éclipse totale. Nikon D100, 4 s à f/12, avec un réfracteur AstroPhysics 105 EDT (4 pouces F/6) et une lentille de Barlow AP 2 X pour une focale de 1 200 mm.

 

Une éclipse lunaire se produit lorsque la Lune passe dans l'ombre de la Terre, ce qui ne peut arriver que lorsque la Lune est pleine. Il y a chaque année au moins deux éclipses lunaires.

Filé d'étoile lors de l'éclipse lunaire totale du 21 janvier 2000. Reflex Nikon 8008, NIKKOR 50 mm, f/16 ouvert à f/5.6 pendant la totalité de l'éclipse, pour une durée d'exposition totale de 2 h 30 sur un film Kodak Royal Gold 400. Les fines lignes parallèles à la trajectoire de la Lune sont les images d'étoiles brillantes.

Éclipse lunaire totale du 16 juillet 2000, vue de Maui, à Hawaï. Reflex Nikon 8008 et objectif NIKKOR 35 mm en mode expositions multiples pour enregistrer l'ensemble de l'éclipse sur une seule image d'un film Kodak Royal Gold 100. Exposition de base de 1/125 s pour une ouverture de f/5.6, augmentée à 1/8 s 15 minutes avant l'éclipse totale, puis réglée à 4 s pendant la période de totalité. Une deuxième exposition mesurée capte la silhouette de palmiers sur fond de l'aube naissante.

Éclipse lunaire totale du 9 janvier 2001 vue d'Athènes, en Grèce. Nikon 8008, objectif NIKKOR 35 mm en mode expositions multiples. Toutes les phases de l'éclipse sont photographiées à 5 min. d'intervalle. Pendant l'éclipse totale, la Lune a pris une couleur rouge foncé. Exposition de base de 1/125 s pour une ouverture de f/5.6, augmentée à 1/8 s 15 minutes avant l'éclipse totale, puis réglée à 4 s pendant la période de totalité. Une deuxième exposition mesurée capte la silhouette du temple de Poséidon sur fond d'aube naissante, sur un film Kodak Royal Gold 100.

Éclipse lunaire totale du 21 janvier 2000, vue de Dunkirk, dans le Maryland. Reflex Nikon N70 sur un AstroPhysics 130 EDF +, f/12, films Kodak Royal Gold 100 et 400. La Lune a été photographiée à cinq minutes d'intervalle pendant toute la durée de l'éclipse. Vous pouvez distinguer chaque étape de l'éclipse du début à la fin. Les images individuelles ont été scannées et la composition a été créée avec Adobe Photoshop.

Types d'éclipses lunaires

Éclipse lunaire pénombrale. Elle se produit quand la Lune traverse la pénombre (ombre claire) de la terre. Ce genre d'éclipse est subtile et difficile à observer.

Éclipse lunaire partielle. Elle se produit quand une partie seulement de la Lune traverse l'ombre de la Terre. Ce genre d'éclipse est facile à observer à l'œil nu.

Éclipse lunaire totale. Elle se produit quand La lune entière traverse l'ombre (ombre foncée) de la Terre. Pendant la phase totale (totalité), la Lune prend une couleur rouge intense. Ce genre d'éclipse est également facile à observer à l'œil nu.

L'éclipse lunaire commence par une petite encoche qui apparaît lentement le long du bord de la Lune. Au cours de l'heure qui suit, la Lune s'enfonce progressivement dans l'ombre de la Terre. Si l'éclipse est totale, les dernières minutes de la phase partielle peuvent être spectaculaires. Le croissant de lune s'amincit à mesure que l'obscurité se propage dans le ciel, qui est alors privé du clair de lune. Si vous observez l'éclipse loin des lumières de la ville, la voie lactée devient plus intense et lumineuse à mesure que la phase totale commence.

Quel que soit le type d'appareil photo que vous utilisez, il existe de nombreuses techniques pour photographier une éclipse lunaire : grand-angle, téléobjectif, expositions multiples et filé d'étoile. Bien qu'il soit tout à fait possible d'utiliser un appareil argentique pour photographier les éclipses, cet article concerne l'utilisation spécifique d'un appareil numérique.

Schéma montrant le Soleil, la Terre et la Lune pendant une éclipse lunaire. Les deux ombres de la Terre sont la pénombre et l'ombre. (Les tailles et distances ne sont pas à l'échelle)

Grand-angle

La technique du grand-angle est le moyen le plus simple de photographier une éclipse lunaire. Vous pouvez utiliser n'importe quel appareil photo permettant des poses longues d'au moins cinq secondes. Et comme vous devrez utiliser de longues expositions, le mieux est de monter votre appareil sur un trépied stable. Si votre appareil photo accepte un déclencheur souple, c'est le meilleur moyen d'éviter de causer des vibrations en déclenchant l'obturateur. Si vous ne disposez pas d'un déclencheur souple, utilisez le retardateur de l'appareil photo pour déclencher l'obturateur et commencer l'exposition.

Si vous faites votre prise de vue avec un appareil photo numérique COOLPIX, réglez-le sur la focale la plus large. Si vous travaillez avec un reflex numérique Nikon au format DX, utilisez une plage de focales de 18 à 35 mm. Avec un reflex numérique Nikon au format FX, vous pouvez utiliser une plage de focales de 28 à 35 mm. Les photographes qui utilisent un appareil compact Nikon 1 devront utiliser une plage de focale de 10 à 30 mm. Photographier une éclipse lunaire avec un grand-angle vous permet d'incorporer un premier plan intéressant dans votre image.

Exposition de départ : pour votre exposition de départ, réglez l'appareil photo sur 400 ISO et sélectionnez l'ouverture de l'objectif la plus large. Essayez plusieurs expositions en réglant la vitesse d'obturation par incréments de 5 secondes. La vitesse d'obturation la plus lente que vous devriez utiliser est de 40 secondes. Au-delà de cette durée, vous commencerez à voir des traînées ou filés d'étoiles causés par la rotation de la Terre.

 

Filés d'étoiles

Si vous photographiez le ciel de nuit avec des expositions très longues d'au moins plusieurs minutes, vous obtiendrez un effet appelé filé d'étoile. Du fait de la rotation de la Terre, votre appareil capte une traînée de lumière provenant des étoiles (ou de la Lune dans ce cas). Photographier une éclipse lunaire de cette manière permet de montrer la progression de la Lune à travers le cadre. Avec la technique du filé d'étoile, il est impératif d'utiliser un déclencheur souple.

Exposition de départ : commencez par régler la sensibilité de votre appareil sur 400 ISO, réglez l'ouverture sur f/8 ou f/11, et définissez la vitesse d'obturation sur pose B. Quand l'éclipse commence, cadrez de façon à ce que la Lune se trouve dans un coin du viseur de l'appareil photo. Assurez-vous de composer l'image de manière à ce que la Lune se déplace à travers le champ visuel de l'appareil pendant la durée de l'exposition. Désactivez le mode Autofucus et faites votre mise au point manuellement en réglant sur l'infini. Activez également la fonction de réduction du bruit en pose longue de l'appareil. Assurez-vous de disposer d'une batterie neuve ou entièrement chargée pour votre appareil ainsi que d'une carte mémoire vide. Une fois prêt(e) pour la prise de vue, bloquez l'obturateur en position ouverte à l'aide du déclencheur souple et profitez de l'éclipse.

Vous pouvez déterminer l'orientation approximative en vous entraînant la veille ou l'avant-veille de l'éclipse. Chaque soir, la Lune se lève environ 50 minutes plus tard que la veille ; si l'éclipse doit se produire à 22 heures un jour donné, effectuez le test la veille au soir à 21 h 10.

La Lune semble se déplacer dans le ciel à raison de 15 degrés par heure. Il lui faudra donc environ trois heures pour traverser le champ visuel d'un objectif 35 mm sur un reflex numérique Nikon au format DX, ou d'un objectif 50 mm sur un reflex numérique au format FX.

Si l'éclipse a lieu en début de soirée, la Lune montera dans le ciel et son déplacement s'effectuera vers le haut et la droite, face à vous. Si l'éclipse se produit au milieu de la nuit, le déplacement de la Lune se fera de la gauche vers la droite. Si l'éclipse a lieu aux premières heures du matin, la Lune sera en train de se coucher et son déplacement s'effectuera vers le bas et la droite. Ces directions concernent l'hémisphère nord. Si vous vous trouvez dans l'hémisphère sud, les déplacements de la Lune se feront en sens inverse.

Si vous utilisez la technique du grand-angle pour photographier une éclipse lunaire, vous obtiendrez un moment fixe de l'éclipse. Avec la technique de filé d'étoile, vous pourrez enregistrer plusieurs heures de l'éclipse... La technique d'expositions multiples combine le meilleur des deux.

Éclipse lunaire totale du 16 juillet 2000, vue de Maui, à Hawaï. Reflex Nikon 8008 et objectif NIKKOR 35 mm en mode expositions multiples pour enregistrer l'ensemble de l'éclipse sur une seule image d'un film Kodak Royal Gold 100. Exposition de base de 1/125 s pour une ouverture de f/5.6, augmentée à 1/8 s 15 minutes avant l'éclipse totale, puis réglée à 4 s pendant la période de totalité. Une deuxième exposition mesurée capte la silhouette de palmiers sur fond de l'aube naissante.

Expositions multiples

Si vous utilisez la technique du grand-angle pour photographier une éclipse lunaire, vous obtiendrez un moment fixe de l'éclipse. Avec la technique de filé d'étoile, vous pourrez enregistrer plusieurs heures de l'éclipse sur une seule image. La technique d'expositions multiples combine le meilleur des deux en restituant une séquence d'images individuelles montrant les différentes phases de l'éclipse.

Avec un appareil numérique, vous pouvez prendrez une série de photos qui seront chacune enregistrées sous forme de fichiers individuels dans l'appareil. En post-traitement, un logiciel tel qu'Adobe Photoshop vous permettra de combiner ou d'« assembler » les fichiers en une seule photo montrant une série de petites images de la Lune à différentes phases de l'éclipse.

Exposition de départ : pour réaliser des expositions multiples pendant une éclipse lunaire, le réglage et l'orientation de l'appareil photo sont identiques à ceux de la méthode du filé d'étoile. Mais au lieu d'une seule pose longue, la technique consiste à prendre une série de photos avec un temps d'exposition court, pendant les différentes phases de l'éclipse. L'appareil photo doit impérativement être monté sur un trépied stable pour ne pas bouger pendant toute la durée de l'éclipse.

Réalisez une première exposition au moment où l'éclipse commence, puis photographiez la Lune toutes les 5 à 10 minutes. Soyez cohérent(e) : prenez les photos aux mêmes intervalles réguliers pour que votre image finale montre le même espacement entre les différentes lunes à mesure que l'éclipse progresse.

Étant donné que la luminosité de la Lune varie pendant l'éclipse, il vous faudra modifier les valeurs d'exposition pour tenir compte de cette variation. Cliquez ici pour consulter le Guide des valeurs d'exposition de M. Eclipse pour les éclipses lunaires, qui vous aidera à déterminer les bonnes expositions pour chaque phase de l'éclipse d'après les mesures ISO et f/stop que vous aurez sélectionnées.

Par exemple, admettons que vous ayez sélectionné 400 ISO en f/8. Le guide recommande une vitesse d'obturation de 1/1000 seconde au moment où l'éclipse partielle commence. Les vitesses d'obturation pour des amplitudes d'éclipse (luminosité) de 0,3, 0,6, 0,8 et 0,9 seraient donc de 1/500, 1/250, 1/125 et 1/60 seconde, respectivement. Quelle que soit l'exposition choisie, il est recommandé de faire un bracketing d'une mesure f/stop entière autour de la valeur recommandée. C'est facile à faire si vous réglez le mode bracketing de votre appareil avant le début de l'éclipse.

 

Téléobjectif

Pour réaliser des images grand format de la Lune pendant une éclipse lunaire, il vous faudra utiliser un super téléobjectif, voire un télescope. Vous pouvez aussi utiliser un appareil numérique COOLPIX P&S avec un super zoom. Avec un reflex numérique, vous pouvez également combiner un super téléobjectif avec un téléconvertisseur pour augmenter la focale. Si votre reflex numérique est au format FX, vous pouvez aussi augmenter la taille relative de l'image de la Lune en sélectionnant le mode recadrage DX.

Il existe de nombreux télescopes qui peuvent être connectés à un appareil photo à l'aide d'un adaptateur. Les téléscopes dotés d'une monture équatoriale avec entraînement sidéral électrique pour compenser la rotation de la Terre permettent de suivre automatiquement le mouvement du Soleil, de la Lune et des étoiles lors des expositions longues nécessaires en astrophotographie.

Exposition de départ : le Guide des valeurs d'exposition pour les éclipses lunaires est un bon point de départ pour photographier une éclipse lunaire à l'aide d'un téléobjectif, d'un super téléobjectif ou d'un télescope. Explorez différentes expositions en sous-exposant et en surexposant d'une ou deux mesures f/stop pour vous assurer de réaliser une prise de vue parfaite. Pour obtenir une bonne séquence de photos, il vous faudra probablement effectuer des séries de bracketing d'exposition toutes les 10 minutes.

Lors d'une éclipse totale, la couleur et la luminosité de la Lune peuvent varier énormément et prendre des teintes allant de l'orange vif au rouge profond, en passant par le brun foncé ou le gris. Cette couleur est due à la lumière indirecte du Soleil qui est réfractée et filtrée par l'atmosphère de la Terre avant d'atteindre la lune. Vous pouvez également utiliser la mesure spot de votre appareil photo pour faire la mise au point sur la Lune et faire le bracketing de vos expositions à partir de ce point-là.

 

© Fred Espenak