Accès à Nikon Imaging Moyen-Orient et Afrique | Moyen-Orient et Afrique

Library of Inspiration

Photographier le sport d'intérieur et d'extérieur

Le cadrage serré sur les bâtons des joueuses de hockey sur gazon courant après la balle permet de mettre en valeur l'action, à l'instar du flou intentionnel.

 

À un moment ou à un autre, nous sommes nombreux à devoir ou à vouloir photographier un événement sportif. Votre enfant fait peut-être partie d'un club de foot, l'enfant d'un ami d'un club de rugby, un neveu participe à des compétitions d'athlétisme au lycée ou votre appareil photo va vous accompagner sur un événement professionnel. Quel que soit le sport, il existe plusieurs stratégies pour obtenir les meilleures photos possibles.

Saisir l'action

Tout d'abord, pensez à votre positionnement. Quel est l'endroit où la majeure partie de l'action a lieu dans le sport que vous photographiez ? Dans certains sports, l'action vient directement à vous si vous êtes placé correctement. Parfois, il est idéal de se positionner en haut des gradins, pour une vue en plongée sur le terrain (très bien pour le volley en particulier). Lors d'événements amateurs, vous pouvez souvent bouger et essayer différents endroits. Si possible, éloignez-vous des tribunes et placez-vous sur la ligne de touche. Vous serez ainsi plus proche de l'action et à la hauteur des yeux des joueurs.

Une fois que vous aurez commencé à photographier un événement sportif précis, vous vous rendrez compte qu'il a un timing particulier, différent d'un autre sport. Plus vous photographierez ce sport, plus vous maîtriserez son timing. Même les pros commencent la prise de vue en début de saison afin d'affiner leur sens de l'anticipation de l'action du jeu.

Les meilleures photos sont prises au paroxysme de l'action ; par exemple, au moment où le basketteur saute pour marquer un panier, juste avant un service au volley ou lorsque les pom-pom girls ont terminé leur pyramide. En baseball, l'action dans l'avant-champ (attraper, lancer, les jeux dans les bases et au marbre) permet généralement d'obtenir les meilleures photos. Au foot, les actions les plus importantes se déroulent généralement près du but.

COMPOSITION : réfléchissez à votre composition. L'arrière-plan est-il encombré ? Voyez si vous pouvez vous déplacer en toute sécurité vers un autre endroit où vous pourrez composer une image avec un arrière-plan moins encombré.

CHOIX DE L'OBJECTIF : vous voudrez probablement utiliser un reflex numérique Nikon avec un téléobjectif ou un appareil photo COOLPIX doté d'une large plage de zoom. Les zooms les plus courants atteignent souvent 200 mm ou 300 mm. Plus votre cadrage sera serré (plus le sujet remplira le cadre), plus vos photos seront belles.

AUTOFOCUS : si l'action est rapide, veillez à utiliser le mode Autofocus continu de votre appareil photo. Ce dernier pourra alors suivre l'action afin de maintenir la mise au point. Par ailleurs, il se peut que vous souhaitiez paramétrer les points AF en mode autofocus dynamique afin de conserver plus facilement la mise au point sur votre sujet. Si votre appareil photo dispose de modes scène, vous pouvez également choisir le réglage Sport, qui indique à l'appareil que vous photographiez une activité sportive et que vous aurez besoin d'une vitesse d'obturation rapide pour saisir l'action.

MÉMORISATION DE LA MISE AU POINT : si vous avez l'impression que vous avez des difficultés à suivre l'action et à conserver la mise au point, essayez de faire le point à un endroit particulier et d'attendre que l'action s'y déroule. Par exemple, lors d'un match de baseball, vous pouvez faire le point sur une base en particulier et attendre que le coureur y parvienne. En outre, si vous préréglez la mise au point à un endroit précis, utilisez l'une des commandes de mémorisation de la mise au point (souvent appelée « AF-L » ou « AE-L AF-L ») ou passez de l'autofocus à la mise au point manuelle afin de faire le point à l'aide de la bague de mise au point de l'objectif.

 

Exposition

Les trois paramètres qui contrôlent l'exposition d'une photo sont la vitesse d'obturation, l'ouverture de l'objectif et la sensibilité (ISO).

VITESSE D'OBTURATION : plus l'obturateur de l'appareil photo reste ouvert longtemps, plus la lumière y entre. Pour figer l'action, vous devez utiliser une vitesse d'obturation rapide ; la valeur exacte dépend du sujet que vous photographiez. Pour éviter d'obtenir une image floue, essayez d'opter pour une vitesse d'obturation assez élevée : 1/500 au minimum, 1/1000 ou plus si possible. Il se peut que vous deviez augmenter votre sensibilité (ISO) en fonction de la vitesse d'obturation que vous souhaitez utiliser.

OUVERTURE : l'ouverture de l'objectif correspond à la dimension du diaphragme de l'objectif ; il s'agit d'un trou par lequel passe la lumière. Plus le diaphragme est ouvert (plus le chiffre situé après le f/ est petit), plus la lumière passe et par conséquent, plus la vitesse d'obturation peut être rapide. Chaque objectif est doté d'une ouverture maximale qui limite la quantité de lumière pouvant passer. Un objectif « lumineux » possède une très grande ouverture maximale (comme f/2.8 ou f/1.4) et un objectif moins « lumineux » peut n'ouvrir qu'à f/3.5, par exemple. Certains zooms ont une ouverture variable, c'est-à-dire que plus vous zoomez, moins le diaphragme est ouvert, donc moins l'objectif est lumineux. [Nous développerons ce point plus loin dans cet article.]

SENSIBILITÉ (ISO) : la sensibilité (ISO) contrôle la sensibilité de l'appareil photo à la lumière. Plus la valeur est élevée (1600 ou 3200 ISO), plus la sensibilité est élevée, ce qui permet de recourir à des vitesses d'obturation plus rapides (ou à un objectif doté d'une ouverture maximale moins grande).

 

Autres défis des sports d'intérieur

Les sports d'intérieur peuvent être particulièrement difficiles à photographier pour de multiples raisons. Qu'il s'agisse d'un stade professionnel ou du gymnase d'un lycée, l'endroit est souvent mal éclairé. Par ailleurs, l'éclairage peut être composé d'un mélange de couleurs inhabituelles dues par exemple à des lampes fluorescentes, au tungstène ou à vapeur de mercure. Les appareils photo numériques ont besoin de connaître la couleur de la lumière émanant des sources lumineuses afin d'afficher correctement l'image finale. Étant donné que chaque type d'éclairage est d'une couleur différente, l'appareil photo doit effectuer une correction (exactement comme nos yeux et notre cerveau). Dans de telles situations, une balance des blancs préréglée personnalisée (si votre appareil photo le permet) peut produire de meilleurs résultats.

Le flash intégré d'un appareil photo possède généralement une portée assez courte (entre 3 et 6 m environ ou moins) dans une grande salle sans murs ou plafonds à proximité pour réfléchir la lumière. Un flash externe plus puissant, monté sur la griffe flash, peut augmenter la portée, mais il risque d'avoir du mal à éclairer au-delà des sujets les plus proches dans un grand gymnase ou un stade. N'oubliez pas de demander à l'entraîneur, à l'arbitre ou au responsable officiel de l'événement avant d'utiliser un flash puissant, car ce dernier peut parfois s'avérer gênant ou dangereux pour les joueurs.

Lorsque les photographes de sports professionnels ont pour mission de couvrir les sports à l'intérieur, ils ont souvent accès aux installations d'éclairage du stade ; par conséquent, l'éclairage du flash vient d'en haut et ne se dirige pas vers les yeux des joueurs. Nous n'avons pas tous cette chance : il nous faut donc utiliser les techniques photographiques et notre matériel à notre avantage.

 

Compenser un faible éclairage

Comme nous l'avons vu précédemment, pour photographier les actions rapides des athlètes, vous devez généralement utiliser une vitesse d'obturation rapide afin de figer l'action. Pour cela, vous devez utiliser un objectif qui permette de faire entrer une grande quantité de lumière, c'est-à-dire un objectif « lumineux », doté d'une grande ouverture maximale. Si votre objectif n'est pas lumineux, vous pouvez augmenter la sensibilité (ISO) pour compenser, mais gardez en tête les limites auxquelles vous serez confronté en utilisant une sensibilité élevée. Dans de nombreux cas, comme dans les gymnases de lycées, le niveau de lumière est parfois si faible que même avec une valeur ISO élevée (comme 1600) et une ouverture de f/5.6, la vitesse d'obturation la plus rapide que vous pourrez utiliser ne suffira pas pour figer l'action. Dans de telles situations, la seule solution est d'opter pour un objectif doté d'une plus grande ouverture maximale, par exemple un modèle qui ouvre à f/2.8.

Pour compliquer davantage la prise de vue de sports à l'intérieur, vous vous trouvez généralement loin de l'action et une longue focale s'avère nécessaire pour zoomer sur le sujet. La plupart des zooms dispose d'une ouverture « variable », ce qui signifie que lorsque vous zoomez, leur diaphragme se ferme et laisse alors entrer moins de lumière. Un objectif à ouverture variable peut avoir une plage d'ouverture de f/3.5-5.6, c'est-à-dire que son ouverture maximale est de f/3.5 et lorsque vous zoomez, de f/5.6. Un objectif à ouverture « constante », comme l'AF-S NIKKOR 70-200mm f/2.8G ED VR II bénéficie d'une grande ouverture de f/2.8 sur toute la plage des focales ; il est donc idéal pour les sports d'intérieur. Une autre solution consisterait à utiliser un objectif à focale fixe, comme l'AF-S NIKKOR 85mm f/1.8G. Dans un premier temps, il peut être plus difficile de photographier avec un objectif à focale fixe (puisque vous ne pouvez pas zoomer), mais ces objectifs sont généralement plus lumineux et plus économiques que les zooms lumineux.

Bien que la plupart des appareils photo disposent de nombreux réglages et options, les réglages ci-dessous donneront un bon point de départ aux utilisateurs de reflex numériques Nikon qui photographient des sports d'intérieur.

• Définissez le mode d'exposition sur Auto à priorité ouverture et réglez l'ouverture sur son réglage maximal (par exemple, f/2.8, f/4 ou f/5.6)

• Si votre appareil photo possède une fonction de sensibilité automatique, activez-la et réglez la sensibilité maximale sur 1600 ISO et la vitesse d'obturation minimale sur 1/60 seconde. Vous devrez peut-être modifier ce réglage si vous trouvez que 1/60 s n'est pas assez rapide pour figer l'action.

• Les réglages de mise au point peuvent varier considérablement selon le sport que vous photographiez. En général, l'un des modes « AF zone dynamique » conviendra pour de nombreux sports.

Pour les utilisateurs de COOLPIX, le mode de prise de vue de base « A » sera généralement la meilleure solution ; néanmoins, dans des endroits peu éclairés, de nombreux appareils photo numériques compacts ne possèdent pas une sensibilité assez élevée ou un objectif suffisamment lumineux pour figer la plupart des actions.

Il est également possible d'obtenir de belles images avec l'équipement disponible sur le terrain, comme les palets de hockey empilés ou les battes de baseball posées contre la clôture.

Même si la prise de vue de sports d'intérieur peut s'avérer difficile, un bon matériel, quelques compétences et un peu de pratique permettent de créer des photos nettes, bien exposées dans la plupart des lieux et des conditions.

Enfin, n'oubliez pas que même si l'action est terminée, l'émotion est toujours palpable. Ces moments-là peuvent être aussi importants que les scènes d'action.

© Diane Berkenfeld