Accès à Nikon Imaging Moyen-Orient et Afrique | Moyen-Orient et Afrique

Library of Inspiration

Photographier le ciel nocturne : les points lumineux

Nikon D3, objectif 16 mm, 30 s, f/2.8. Image faisant partie d'une série de clichés de filés d'étoiles. La Voie lactée est visible sur cette photo qui a été prise dans des conditions atmosphériques claires.

Il existe de nombreuses techniques permettant de créer des photos dynamiques du ciel nocturne : par exemple, reproduire les étoiles sous forme de points lumineux, sous forme de filés ou créer des vidéos en accéléré restituant le déplacement des étoiles en une soirée.

Nous avons discuté avec trois photographes (Pete Saloutos, Deborah Sandidge et Harold Davis) des techniques qu'ils utilisaient pour obtenir de belles photos du ciel nocturne. Nous avons également demandé en interne à notre vidéaste et responsable technique senior, Steve Heiner, de nous donner des conseils pour réaliser de magnifiques accélérés d'étoiles.

« C'est le sujet qui va déterminer si j'opte pour des filés d'étoiles ou des points lumineux, explique Deborah. « Si une scène comporte de nombreux éléments au premier plan, les étoiles restituées sous forme de points lumineux peuvent être complémentaires : elles "n'écraseront" pas la scène. »

« Les passionnés d'astrophotographie peuvent choisir d'investir dans du matériel spécial pour suivre les étoiles pendant la rotation de la Terre, explique Deborah. Une monture équatoriale déplace l'appareil photo ou le télescope en fonction de l'axe de rotation de la Terre. Cela permet de photographier le ciel nocturne en pose longue et donc de capter la lumière plus faible de la Voie lactée, par exemple.

Pour restituer les étoiles sous forme de points lumineux, commencez par utiliser la plus grande ouverture de votre objectif et une vitesse d'obturation de 20 secondes environ. Si vous recourez à une vitesse plus lente, les étoiles seront floues. Augmentez la sensibilité (ISO) selon la nécessité pour obtenir une bonne exposition.

Nikon D300, objectif 12-24mm, 2 min., f/4, 200 ISO. Photo prise dans les montagnes Blanches à la frontière entre la Californie et le Nevada ; le long temps de pose donne du mouvement aux nuages, créant une ambiance surréelle. Lorsqu'il est correctement exposé, le clair de lune peut sembler aussi lumineux que la lumière du jour.

Éclairer le premier plan

Si vous utilisez un objectif grand-angle ou fisheye, vous pouvez également intégrer le premier plan à vos images. Selon le sujet, si une silhouette est présente au premier plan, elle peut mettre en valeur l'image globale, ou les détails du premier plan et le ciel nocturne peuvent se compléter. Vous pouvez aussi éclairer le premier plan à l'aide de techniques variées.

Grande plage dynamique (HDR) : cette technique consiste à prendre plusieurs photos, en effectuant un bracketing ou en faisant varier le temps de pose réel, puis à les fusionner sous forme de photo HDR pour créer une image finale du ciel correctement exposée.

« Peindre avec la lumière » est une autre technique qui peut être utilisée si le premier plan est assez près. Il existe deux méthodes pour peindre avec la lumière : à l'aide d'une source lumineuse constante comme une lampe de poche ou à l'aide d'un flash.

Source lumineuse constante : lorsque l'obturateur est ouvert, utilisez une source lumineuse constante pour éclairer le premier plan. Déplacez la lumière pendant toute la durée de l'exposition afin de ne pas obtenir de zones brûlées.

Flashes : lorsque l'obturateur est ouvert, appuyez sur le bouton d'émission de l'éclair, situé sur le flash. Comme avec la source lumineuse constante, déplacez le flash afin qu'il éclaire l'intégralité du premier plan.

« Si une scène de nuit comporte des nuages bas, ces derniers sont susceptibles de réfléchir les couleurs du ciel nocturne et d'amplifier tout effet éventuellement présent », explique Harold.

Comme vous pouvez le constater sur les photos qui illustrent cet article, les nuages dans le ciel ne doivent pas vous empêcher de sortir. Ils peuvent même conférer une ambiance intéressante à vos photos de nuit lorsqu'ils sont parsemés, permettant aux étoiles de percer.

Si vous réalisez des filés d'étoiles, n'oubliez pas que certaines des photos que vous prenez pour les assembler ultérieurement peuvent également être de belles images individuelles. Deborah en a fait l'expérience avec la première image. Il s'agit de l'une des vues qui a aussi été utilisée pour créer un filé d'étoiles. « Souvent, une seule photo d'étoiles peut être belle », dit Deborah. « La Voie lactée est visible sur cette photo qui a été prise dans des conditions atmosphériques claires. »

Des flashes qui peignent avec la lumière

Pete Saloutos crée des images uniques, presque surréalistes, du ciel nocturne en « peignant avec la lumière » afin d'éclairer le premier plan. Pour cela, il utilise des flashes : il appuie plusieurs fois sur le bouton d'émission de l'éclair pendant que l'obturateur est ouvert lors d'une pose longue, afin de faire entrer de la lumière dans la scène. Les filtres gélatine couleur placés sur les flashes ajoutent un côté unique à ces photos ; chacune d'elles est créée à partir d'une seule longue exposition et l'appareil photo les enregistre au format NEF (RAW).

Pete a réglé la balance des blancs de son D4 sur « Ensoleillé » et utilisé une sensibilité comprise entre 4 000 et 12 800 ISO lors de ses prises de vues réalisées dans le parc national de Joshua Tree en Californie. Il a recouru à des vitesses d'obturation comprises entre 15 et 25 secondes. Pete a fait le point manuellement sur les arbres les plus proches au premier plan.

« Il est important de photographier au moment de la Nouvelle Lune (lorsque la lune n'est pas visible dans le ciel nocturne) afin de réduire la lumière au minimum », explique Peter. Il a également choisi ce lieu éloigné des villes afin d'éliminer la pollution lumineuse qui a un impact sur les images.

Pete et son assistant ont tous les deux tenu des flashes Nikon dont la tête était équipée de filtres gélatine couleur. Pendant que l'obturateur était ouvert, ils déclenchaient manuellement les flashes afin d'illuminer les arbres et les rochers du premier plan. Positionnés chacun de part et d'autre de l'appareil photo, ils ont commencé à peindre avec la lumière à une distance de 4,5 mètres environ du boîtier, puis s'éloignaient de ce dernier selon un angle qui les rapprochait des objets du premier plan. Cela a permis d'apporter une nouvelle dimension à la lumière qui « s'enroulait » autour des arbres. Pete et son assistant ont pu chacun émettre entre deux et 10 éclairs avec chaque flash, au cours de chaque prise de vue. Pete explique que même si les flashes ne sont pas des sources lumineuses constantes, vous devez toujours tenir compte de la direction dans laquelle vous orientez le flash afin de ne pas obtenir de zones brûlées dans l'image (surexposition d'une partie de la photo).

Photographier la lune

« Dans toute photo de nuit qui comporte la lune et un paysage au premier plan, l'une des plus grosses difficultés est la vaste plage dynamique, dit Harold. La lune réfléchit la lumière du soleil et est essentiellement aussi lumineuse que la lumière du jour, tandis que le paysage de nuit est…le paysage de nuit. Cette différence entre les valeurs d'exposition peut atteindre 10 diaphragmes. Si vous basez l'exposition sur la lune, le paysage sera trop sombre. Si vous basez l'exposition sur le paysage, la lune sera surexposée et vous perdrez tous les détails. Souvent, la seule solution permettant de créer une image restituant à la fois les détails de la lune et ceux du premier plan est de combiner deux expositions », explique-t-il.

Superposition des images : il existe plusieurs méthodes permettant d'ajouter la lune sur une autre image afin d'obtenir une composition plus intéressante. L'une de ces techniques est d'utiliser la fonction Superposition des images, intégrée à de nombreux reflex numériques Nikon. Deborah fait souvent appel à cette technique. Dans la prise de vue de la cabane pêche (photo 8), elle photographié tout d'abord la lune, puis la cabane pêche, en les fusionnant dans l'appareil photo à l'aide de la fonction superposition. (Consultez votre manuel pour savoir si votre appareil photo propose cette fonction.)

Image composite créée en post-production : une autre technique consiste à photographier la lune et le paysage séparément, puis à combiner les deux clichés à l'aide d'un programme de retouche d'images. Harold fait souvent appel à cette technique. Il possède même une collection de photos de lune dans laquelle il puise souvent pour créer des images composites.

Néanmoins, même s'il possède cette collection de photos de lune, Harold confie que les images composites les plus naturelles sont celles pour lesquelles vous photographiez la lune et le paysage au cours de la même session de prise de vue. « La lune est réaliste pour la scène en termes de conditions atmosphériques et de couleurs et elle sera probablement assez proche de sa taille réelle », dit-il.

Photographiez la lune avec la même focale que celle que vous avez utilisée pour le paysage, afin d'obtenir le rendu le plus réaliste possible dans l'image composite finale. Cela facilite également le processus même de composition. Si vous recourez à un objectif grand-angle et si la lune est un petit élément, l'image globale ne souffrira probablement pas de l'éventuelle absence de détails (surexposition) de la lune.

N'oubliez pas d'utiliser une vitesse d'obturation de 1/15 seconde environ ou plus rapide puisque la lune se déplace assez rapidement dans le ciel.

 

Restituer le mouvement des étoiles à l'aide de la prise de vue en accéléré

La photographie numérique permet aux photographes d'utiliser un éventail de techniques vraiment pratiques pour capturer certains phénomènes, comme le temps qui passe ; l'une d'elles est la fonction d'accéléré. De nombreux appareils photo numériques Nikon actuels (reflex numériques, modèles Nikon 1 et COOLPIX) sont dotés d'un intervallomètre intégré. Ce dernier contrôle le laps de temps entre les expositions et le nombre total d'expositions réalisées par l'appareil photo afin d'enregistrer les images de façon ordonnée pendant la durée de votre choix. Vous sélectionnez le nombre de photos à prendre, selon des intervalles précis et la durée totale pendant laquelle vous souhaitez que l'appareil prenne ces photos.

Une fois que vous avez terminé de prendre votre série de photos avec l'intervallomètre, vous combinez les différentes images à l'aide d'un logiciel pour créer un fichier vidéo qui les restitue en mouvement. (L'un de ces programmes est Quicktime Pro ; il existe également des logiciels gratuits). Vous pouvez faire preuve d'autant de créativité que vous le souhaitez en effectuant un mouvement panoramique sur l'écran ou en zoomant sur la scène au fur et à mesure que la vidéo accélérée avance. Les artistes multimédias appellent cela « l'effet Ken Burns ».

Certains reflex numériques Nikon haut de gamme, comme le D4, disposent d'un mode accéléré qui traite des centaines ou des milliers d'expositions individuelles pour créer une vidéo accélérée finale, directement dans l'appareil photo.

Point de départ de l'exposition : Steve Heiner de Nikon réalise beaucoup de vidéos en accéléré de sujets variés, notamment les étoiles traversant le ciel nocturne. Nous lui avons demandé quelles expositions il recommanderait pour commencer. Par ailleurs, étant donné que les appareils photo numériques vous permettent de voir ce que vous venez de photographier, vous pouvez vérifier les expositions et effectuer instantanément les réglages nécessaires.

La création de séquences en accéléré est identique à la prise de vue d'une seule image dans le sens où l'exposition repose sur les conditions de prise de vue. Pour photographier en accéléré les étoiles dans le ciel nocturne, utilisez une ouverture d'environ f/5.6 si la lune est pleine, f/2.8 si elle ne l'est pas. En mode d'exposition manuelle, effectuez une photo test à 10 secondes. « Je recommanderais toujours d'utiliser le mode d'exposition manuelle pour éviter que l'exposition ne varie d'une vue à l'autre, car cela peut provoquer un scintillement agaçant dans la vidéo en accéléré finale », conseille Steve.

Vérifiez l'image en zoomant sur le moniteur ACL, pour voir si les étoiles et les détails du premier plan sont visibles. Modifiez la sensibilité (ISO), l'ouverture et la vitesse d'obturation afin d'obtenir une bonne exposition globale sans pour autant recourir à une vitesse plus lente que 20 secondes. Sinon, les étoiles seront restituées sous forme de filé en raison du mouvement de la Terre. Si vous utilisez un objectif ultra grand-angle, il se peut que des vitesses d'obturation plus lentes ne fassent aucune différence, mais vous percevrez le filé sur les photos prises avec un objectif standard ou un téléobjectif. Activez la réduction du bruit en cas d'exposition prolongée pour réduire le bruit au minimum.

Steve explique : « Si mon temps de pose est de 20 secondes, avec une ouverture de f/2.8 et une sensibilité de 1600 ISO, je règle mon intervalle sur 25-35 secondes (l'intervalle doit inclure le temps de pose réel et le temps supplémentaire dont a besoin l'appareil photo pour traiter l'image et l'enregistrer sur la carte mémoire avant qu'il passe à la vue suivante). Si vous activez la fonction de réduction du bruit de l'appareil photo, vous devrez peut-être ajouter 5-10 secondes à l'intervalle afin que l'appareil photo soit prêt pour passer à la vue suivante. »

Voici d'autres conseils : ne déplacez pas l'appareil photo ou ne modifiez pas l'exposition une fois que vous avez commencé la prise de vue et surtout, faites preuve de patience. Il est essentiel d'effectuer des tests avant de démarrer la prise de vue par intervallomètre afin de ne pas être déçu une fois devant l'ordinateur. « J'aime des intervalles plus courts que la plupart des photographes qui réalisent pour la première fois des accélérés. Cela rend la vidéo finale plus fluide », ajoute-t-il.

 

Conseils pour photographier le ciel nocturne

Photographiez par une belle nuit sans lune (à moins que vous ne vouliez photographier justement la lune !) et évitez les zones de pollution lumineuse (les petites ou grandes villes).

Utilisez des accumulateurs neufs, entièrement chargés.

Utilisez un trépied robuste et un déclencheur souple, composez votre image, verrouillez la mise au point et faites une photo test. Cela vous aidera à définir l'exposition et vous indiquera si vous devez modifier votre composition.

Photographiez au format NEF (RAW) afin que vous puissiez plus facilement effectuer des modifications en post-production si nécessaire.

Réglez la balance des blancs sur une valeur comprise entre 2800 K et 4000 K. Affichez l'histogramme après la prise de vue pour vérifier que l'image est exposée correctement. Il est facile de sous-exposer les étoiles ou de surexposer un premier plan.

Zoomez sur l'image affichée sur le moniteur ACL pour vérifier l'accentuation.

Pensez à effectuer une série d'expositions du premier plan pour créer une image composite HDR avec les étoiles.

Pour avoir une bonne exposition de départ (fonctionne avec la plupart des photos d'étoiles), utilisez l'ouverture maximale de votre objectif, une vitesse d'obturation de 20 secondes et augmentez la sensibilité (ISO) selon la nécessité.

Si vous souhaitez photographier la lune en particulier, ayez connaissance des phases de la lune pour savoir à quel moment elle se lève et se couche chaque soir et donc à quel moment planifier votre prise de vue. Ayez également en tête la direction dans laquelle elle se déplace dans le ciel pour anticiper votre composition.

Activez la fonction de réduction du bruit en cas d'exposition prolongée de l'appareil photo.

 

© Steve Heiner