Accès à Nikon Imaging Moyen-Orient et Afrique | Moyen-Orient et Afrique

Library of Inspiration

Maîtrisez la double exposition avec Christoffer Relander

Christoffer Relander travaille depuis de nombreuses années avec des techniques de surimpression. Né en Finlande en décembre 1986, il a grandi dans la campagne d'Eken et c'est seulement en 2008, à l'issue de son service dans les Marines finlandais, qu'il est tombé amoureux de la photo. Poursuivant désormais sa passion à plein temps, il cherche à fixer la magistrale beauté de la nature à l'aide de techniques expérimentales.

Sa dernière série « Continuum Plateau - Life as heritage in the Miranda Plateau » (Plateau continuum : la vie en héritage sur le plateau de Miranda), a été réalisée dans un coin oublié du nord-est du Portugal qu'il est parti explorer. Il la résume ainsi : « Des villages qui tombent en ruine, de grandes terres abandonnées et en friche, des gens qui vieillissent et pas d'enfants pour prendre la relève. Toute une région condamnée à disparaître... C'est en tout cas ce que pourrait penser un non-initié ».

L'intérêt de cette série réside dans la capacité de Christoffer à proposer deux sujets différents sur un même support, illustrant la puissance de la nature pour reprendre une terre qui fut autrefois sienne et en soulignant la biodiversité de la région, mais en lui juxtaposant les structures construites par l'homme et sur le point de s'effondrer.

On notera que dans cette série, Christoffer utilise son D800E sans modifications ni calques dans un logiciel externe. Il se contente d'utiliser les capacités de surimpression de l'appareil photo, ne retouchant ensuite que légèrement le contraste, la couleur et le cadrage dans un logiciel externe, le cas échéant. Il le fait pour l'amour du défi technique et de ce processus de travail. Christoffer pense que sa formation en design graphique l'a préparé à rechercher les meilleurs éléments pour ses compositions. Toutefois, le maître-mot reste l'expérience.

Nous lui avons demandé de partager cette expérience et de nous indiquer le meilleur processus possible :

Préparation de l'appareil photo

La première chose à faire, c'est régler votre appareil photo sur le mode de surimpression. Cela veut notamment dire programmer le nombre de prises de vue qui figureront dans votre image en surimpression. En l'ajoutant à votre bouton de bracketing, vous prolongerez l'autonomie de l'accumulateur sur la durée.

« Comme je fais de grands tirages de mes surimpressions, je préfère personnellement utiliser une large profondeur de champ avec mon ouverture à f/8-f/16. Pour les petites graines de cette série, j'ai utilisé une ouverture à f/38 afin d'obtenir une profondeur de champ suffisante. J'utilise rarement une exposition inférieure à 1/250 si je photographie à main levée avec 70 mm en lumière naturelle avec mon AF-S NIKKOR 24-70 mm f/2.8G ED ».

Bien qu'il soit difficile de désigner un format idéal pour ce genre de photos, Christoffer a pris l'habitude de photographier en RAW afin d'enregistrer davantage de données. « La balance des blancs peut ne pas donner les résultats attendus si vous fusionnez en une seule image deux expositions aux couleurs très différentes. Surtout si ces expositions nécessitent une balance des blancs différente. Il vaut donc souvent mieux faire un compromis lors du traitement ultérieur afin d'éviter d'avoir des « couleurs trop sales ».

Dans cette série, Christoffer s'est beaucoup servi de son AF-S NIKKOR 24-70 mm f/2.8G ED. Son second choix d'objectif est son PC-E Micro NIKKOR 85 mm f/2.8D. « C'est une focale classique dans mon travail. La netteté et optique sont idéales pour des tirages d'1,5 mètre ».

Par où commencer

Si vous débutez en double exposition, Christoffer vous conseille de commencer avec deux images. Utiliser un sujet aussi simple que votre propre main sur un arrière-plan lumineux avec des nuages sous un ciel chargé, par exemple, sera un bon début. Ce type d'expérimentation vous permettra de comprendre rapidement comment les expositions fusionnent entre elles. N'oubliez pas que l'exposition ne peut devenir que plus lumineuse. Une zone surexposée le restera donc, même si vous sous-exposez l'image suivante. À partir de là, tout est affaire d'expérimentation et d'adaptation afin de trouver ce qui correspond à votre style.

L'importance de la lumière

Quel que soit le type de photographie, l'éclairage est crucial pour obtenir de bons résultats. Pour créer des silhouettes aussi complètes dans une image, c'est la même chose. L'idéal, c'est un arrière-plan baigné d'une lumière naturelle, mais lorsque le temps ne le permet pas, Christoffer n'hésite pas à utiliser un ou deux flash Nikon associés à un diffuseur pliant suffisamment large pour les portraits en pied.

Avoir une luminosité avec un fort contraste est souvent intéressant. Pour les photos de nature, Christoffer sous-expose en général le premier plan et surexpose l'arrière-plan. Lorsque les deux images contiennent des éléments surexposés, la composition devient plus surréaliste à mesure que la silhouette d'origine prend un nouveau contour ou une nouvelle forme.

Pour résumer, voici ses 5 principaux conseils à se rappeler :
- Démarrer avec 2 expositions pour comprendre comment fonctionnent les fusions avant de s'attaquer à plus difficile.
- Toujours essayer de nouvelles choses.
- Se laisser guider par la lumière. Un contraste élevé peut souvent donner de bons résultats.
- N'oubliez pas que l'exposition ne peut devenir que plus lumineuse. Une zone surexposée le restera donc, même si vous sous-exposez l'image suivante.
- Pour éditer vos photos, apprenez à utiliser l'outil de courbe. De petites améliorations peuvent changer beaucoup de choses.